Un mois de mars particulièrement riche en publications sur le Japon.

Entre le détestable ressassement de la catastrophe dans ce qu'il y a de plus voyeuriste, et les vraies infos et la culture, le choix est fait !

Parmi toutes ces sorties, la sélection d'IJ :

  • Un dossier littérature dans le magazine Lire :

FRXPB

(je débrieferai prochainement sur celui-ci, dès qu'on pourra l'emprunter à la bibliothèque ^^)

  • Un autre :

magazine_litteraire

Le dossier : p 54 La littérature japonaise
dossier coordonné et introduit
par Anne Bayard-Sakai et Maxime Rovere
58 Sources et confluences,par Emmanuel Lozerand, 61 Bibliographie, par Racha Abazied, 62 Un si long après-guerre, par Antonin Bechler, 64 Prix littéraires, édition : us et coutumes, par Benjamin Giroux et Corinne Quentin
67 L’archipel des Nobel, par Benjamin Giroux, 68 Répliques au séisme, par Cécile Sakai, 70 La pensée irradiée, par Jun Fujita, 72 Haruki Murakami, par Toshio Takemoto, 73 Contre Murakami, par Michel de Boissieu, 74 Les années 2000, par Anne Bayard-Sakai, 76 Kenzaburô Ôé, entretien avec Philippe Forest, 78 Un pays de romancières, par Cécile Sakai, 80 Qu’est-ce qu’un livre japonais ? par Anne Bayard-Sakai, 82 Du théâtre nô aux robots, par Corinne Atlan, 84 La poésie, par Yves-Marie Allioux, 86 Entretien avec l’éditeur Philippe Picquier, 87 La réception française, par Corinne Quentin, 88 Le Bateau-usine, par Évelyne Lesigne-Audoly, 89 Le haïku, genre international,
par Jean-Yves Masson

  • Encore un :

41f8ffaf7f71f22f5ba1c65a9cfeb4a6

... Salon du Livre oblige !

  • Un autre salon, le salon Japan Next, qui s'est tenu du 4 au 6 mars, allez lire le très complet "débriefing" d'Emilie, du blog Chiyogami Touch : "Japan Next : Cool Japan 2"
  • Un dossier traitant de multiples aspects :

Couv1114

P 17 : "Ne soyons plus des moutons !" extrait du Mainichi Shinbun, Entretien avec l'auteur Kenji Maruyama.

Morceaux choisis :

" J'ai l'impression que rien ne va plus, la politique, l'économie, la situation internationale...En fait c'est presque un miracle que l'on ait pu vivre aussi tranquillement jusque là."

Pourquoi n'arrive t'on pas à tirer des leçons de ces échecs ?

"C'est à cause de notre souci d'élégance et de bienséance. Dans notre culture il n'est pas élégant de dire la vérité. Mais ne rien dire est un prétexte pour détourner les yeux du problème".

" Le gouvernement et Tepco [...] sont convaincus qu'il suffit de tromper la population maintenant pour qu'avec le temps elle se taise".

P 18 : "Le jour le plus long pour les sinistrés" extrait de l'Asahi Shinbun, où l'on apprend que d'autres mystérieux hommes en blancs (référence à l'homme en blanc pointant la caméra de surveillance de la centrale de Fukushima) ont parcouru les zones côtières pour informer -avant les autorités- les personnes de la nécessité d'évacuer.

Dossier complet comportant des cartes des centrales japonaises et leur "statut" actuel, du nuage radioactif, et un schéma très complet sur chaque réacteur de la centrale de Fukushima, précisant leur état actuel.

P 21 : "Quand les slogans tuent les mots" extrait du Mainichi Shinbun :

L'ancien journaliste, romancier et poète Yo Henmi, originaire d'Ishinomaki,ville anéantie par le tsunami, laisse exploser sa colère :

" En tant que journaliste, j'ai été sur des champs de bataille et j'ai couvert le séisme de Kobé en 1995. Mais j'estime que c'est dans le Japon d'aujourd'hui que le climat est le plus détestable. [...] On nous abreuve de belles histoires du genre "Les sinistrés unissent leurs efforts pour faire avancer la reconstruction", mais mes proches me disent tout à fait le contraire. La situation est bien plus dramatique; les gens sont désespérés."

Remarque personnelle : ceci rejoint ce que rapportent les articles La lenteur de la reconstruction au Japon affecte les populations et Le Japon l'année d'après la vague

"Je doute que les gens aient vraiment saisi la place que la catastrophe du 11 mars occupe dans l'histoire mondiale, ainsi que l'ampleur de ce qu'elle a révèlé."

P 23 : " De la science-fiction pour conjurer le sort" extrait de l'Asahi Shinbun :

Interview de Moto Hagio, mangaka célèbre, qui, dans son manga Madame Pluot, personnifie le plutonium sous les traits d'une jeune femme aux pouvoirs hypnotiques.

" En me documentant sur l'histoire du plutonium, j'ai compris l'intensité de l'amour et de l'attachement que les hommes éprouvent à l'égard de cette matière dangereuse qu'ils ont créée de leurs propres mains".

P 24, rubrique le mot de la semaine "Niwa : le jardin" :

Ce paragraphe cloture assez justement le dossier, en tempérant parfois les propos rapportés plus haut.

  • Enfin deux liens :

- vers une touchante composition d'Hikaru Shirosu : In answer to your Prayer.

- vers le magnifique résultat de l'association Students' Rebuilt et de leur opération Paper Cranes.

A bientôt !